Dès que sa bouche fut pleine, Juliette Oury

Dès que sa bouche fut pleine, Juliette Oury

Véritable expérience de lecture, Dès que sa bouche fut pleine est aussi un premier roman initiatique, l’histoire d’une jeune femme entraînée malgré elle par son désir, un désir défendu qu’elle va transformer en une force intime capable de la protéger contre toutes les formes d’aliénation. D’ailleurs, le désir et l’appétit sont-ils vraiment si différents ?

Dès que sa bouche fut pleine est publié aux éditions Flammarion

Rejoindre la conversation

  1. Dans ce roman spirituel, Juliette Oury inverse la place dévolue au sexe (recommandé par le gouvernement matin, midi et soir !) et à la nourriture dont la consommation par plaisir ou en groupe est prohibée. Une critique plutôt réjouissante de la société actuelle qui mêle interdits alimentaires, sublimation de la gastronomie et banalisation du sexe. Et, au-delà de quelques trouvailles savoureuses comme la « police des mets », les recettes de « ELLE en banquette » ou l’arrestation de Madame Reine Claude, Juliette Oury propose une écriture classique, riche et soignée, très agréable à lire.

  2. L’idée est intéressante : nous plongeons avec ce roman dans un monde où le sexe et l’alimentation sont inversés. Cela donne des passages drôles, montrant à quel point le tabou sur les sexualités est ridicule. Il y a aussi des passages difficiles, car l’héroïne principale vit des violences conjugales, pas sexuelles donc mais alimentaires.

    Pour autant, je suis un peu déçue de cette lecture : si le roman se lit bien, et certains passages sont marquants, il a pour moi manqué de structure et trainé en longueur, ouvrant de nombreuses portes et mêlant peut-être trop de sujets.

    Cela reste une lecture agréable qui a le mérite de nous plonger dans un univers étonnant, démontrant bien que nos conceptions prudes de la sexualité sont désuètes.

  3. Marie-Séverine
    dit :

    Roman étonnant dont le sujet est la description d’un monde où, dans les relations humaines de convivialité, le sexe a remplacé la nourriture. C’est audacieux, décalé et plaisant. J’ai passé un bon moment de lecture d’autant qu’au final, ce livre est un hymne à l’art de cuisiner !

  4. Une société où cuisiner et manger pour le plaisir sont proscrits et tabous, mais où le sexe est banal, omniprésent et recommandé. Transgressions d’une femme. Beaucoup d’humour. Belles descriptions des aliments, des sensations…
    Roman tout à fait étonnant qui se lit d’une traite. A offrir pour surprendre.

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.