Minuit au bord du monde, Alizée Gau

Minuit au bord du monde est publié aux éditions du Cherche midi

Nichée entre les chaînes de montagnes enneigées, la Zaramestrie est un pays abîmé par la guerre. Après des années de combat, alors que la paix a été déclarée et les armes déposées, les adversaires tentent de cohabiter à nouveau.
Deux étrangers sont attirés en plein hiver dans cette région. Tandis que Leila Alaman, violoniste française, découvre le pays avec un regard neuf et fait la connaissance de jeunes musiciens, le photographe de guerre Tim Volker retourne sur les traces du conflit qu’il a couvert quinze ans plus tôt. Le directeur charismatique et utopiste d’une école de rock, une peintre révoltée et d’autres survivants vont croiser leurs routes ; mais que peut vraiment l’art contre les fantômes du passé ? Et comment reconstruire sur des braises attisées par les crises politiques ?
Une histoire de résilience et d’émancipation, où l’humain et la poésie trouvent un chemin sous les décombres.
Entre le conte initiatique et la fresque sociopolitique, Alizée Gau nous offre un premier roman porté par une écriture libre et cadencée, résolument poétique.

Rejoindre la conversation

  1. Un premier roman d’une grande finesse et honnêteté pour cette jeune auteure qui maîtrise son sujet sans jamais tomber dans le mélodramatique. La recherche de son identité, l’acceptation de ses racines et la compréhension du passé sont autant de sujets abordés dans cet ouvrage et qui résonnent plus que jamais dans le contexte actuel. Le style d’écriture est très agréable tout du long. À découvrir !

  2. Marie-Séverine Dubreuil
    dit :

    Roman autour de la reconstruction d’un pays de l’est, fictif, et qui montre surtout à quel point les rapports humains entre deux deux peuples déchirés par des années de guerre sont difficiles. Les traumatismes sont là et l’on sent que la paix ne tient qu’à un fil ! Ce roman est tout à fait d’actualité et durant toute sa lecture, je n’ai pu m’empêcher de penser à l’Ukraine. Beaucoup d’émotion dans ce roman à deux voix. Très belle découverte.

  3. Lorsque j’ai tourné les premières pages de “Minuit au bord du monde”, j’ai cru reconnaître la Zaramestrie comme un Etat authentique, territoire inconnu de l’Europe de l’Est déchiré par la guerre. Tout se noue autour de cette terre qui abrite les zaratiens et les yasssimils, populations imaginaires mais terriblement ancrées dans la réalité. C’est une histoire de lutte, de liberté, d’intégration et de paix.

    A travers les yeux de Leïla, biologiste le jour et violoniste la nuit, nous reconstituons des origines, empruntons la route de l’exil et des secrets. Ignorant tout du passé de son grand-père Min’, elle rejoint la Zaramestrie en plein hiver pour dispenser des cours de violon à des élèves des deux peuples. Plus loin, à Miralem, Tim est reporter de guerre. Sur ses pas, nous retraçons les fêlures d’un pays fragmenté.

    “Minuit au bord du monde” est un grand premier roman que j’ai lu avec le même éblouissement que “L’autre moitié du soleil” de Chimamanda Ngozi Adichie et “L’art de perdre” d’Alice Zeniter. C’est un récit intense, intelligent et captivant. L’écriture d’Alizée Gau est limpide et poétique, d’une infinie délicatesse. Bref, c’est un gros coup de coeur !

  4. Les aventures d’une jeune musicienne laborantine et d’un photographe de guerre qui finissent tout à la fin par se rencontrer après un séjour dans un pays de l’est ravagé à la frontière de l’Ukraine.
    Beaucoup de thèmes (trop ?) : la guerre, l’exil, le terrorisme, la musique et la peinture, la biologie …
    J’ai bien aimé les symboles musicaux qui, selon les sujets, titrent les différents chapitres.
    Roman assez intéressant qui se lit facilement

  5. La ZARAMESTRIE, pays réel ou imaginaire ? Dans ce récit émouvant et poétique, on finit par douter de l’inauthenticité de ce récit tellement il est poignant et reflète l’actualité. Finalement, la guerre laisse des cicatrices et des rancœurs qui s’atténuent mais ne s’effacent malheureusement pas, sauf peut-être au travers des nouvelles générations.

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.