Du même bois, Marion Fayolle

Du même bois, Marion Fayolle

« Les enfants, les bébés, ils les appellent les petitous. Et c’est vrai qu’ils sont des petits tout. Qu’ils sont un peu de leur mère, un peu de leur père, un peu des grands-parents, un peu de ceux qui sont morts, il y a si longtemps. Tout ce qu’ils leur ont transmis, caché, inventé. Tout. C’est pas toujours facile d’être un petit tout, d’avoir en soi autant d’histoires, autant de gens, de réussir à les faire taire pour inventer encore une petite chose à soi. »
Dans une ferme, l’histoire se reproduit de génération en génération : on s’occupe des bêtes, on vit avec, celles qui sont dans l’étable et celles qui ruminent dans les têtes. Peintes sur le vif, à petites touches, les vies se dupliquent en dégradé face aux bêtes qui ont tout un paysage à pâturer.

Du même bois est publié aux éditions Gallimard

Rejoindre la conversation

  1. guillemette galland
    dit :

    Quel beau livre ! Ces scènes de la vie de tous les jours « croquées », ces personnages « campés » de quelques mots, de quelques phrases qui sonnent si justes. Juste des faits. Aucune introspection. Parce que « chez ces gens-là » on ne parle pas. Et l’écriture rend tellement bien cela, toute en creux et en bosses. La rudesse de la vie à la ferme, les joies et les malheurs, petits et grands, la folie qui rôde sans nom et les bêtes toujours. J’ai adoré ce petit bijou.

  2. Une perle de beauté, d’écriture simple et juste, où transmettre la vie à la ferme se ressent dans l’approche de l’autrice.
    Un premier roman que j’ai lu avec plaisir, avec ces pointes de poésie. Une belle échappée, qui évoque un sujet grave : la fin des paysans.
    Je recommande !

  3. Edith Séné
    dit :

    Roman court et beau sur la vie dans une ferme ardéchoise au 20ème siècle. Le livre de Marion Fayolle ressemble à ses BD : net et succinct. Les sentiments et les ressentis ne sont pas exprimés. Très bien : prix spécial novella.

  4. Isabelle Galland
    dit :

    Une ferme coupée en deux. A gauche les jeunes s’installent, et à droite les vieux se déplacent quand ils ont fait leur temps. Et entre les deux, les vaches. On accompagne cette famille d’une génération à l’autre avec certaines personnes particulières, une fille qui parle trop quand tout n’est que réserve, un oncle secret qu’on cache… Une écriture tellement juste des petits détails. Un coup de cœur.

  5. « Du même bois » met en scène une famille qui vit à la ferme dans une campagne plutôt rude. Plusieurs générations sous le même toit, des animaux, les étables… Malgré les indéniables qualités littéraires de ce roman, de la capacité de Marion Fayolle à faire vivre personnages et situations, ce thème m’a peu touchée. Je suis restée à l’extérieur…

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.